Bienvenue voyageur sur ce blog qui a pour but de partager mes passions : le wargame (historique et fantastique), les jeux d'escarmouches et les jeux de rôle.

mardi 9 juillet 2024

Compte rendu de partie D&D5 : Renaissance - 11

 

Renaissance

Compte-rendu n°11 – partie du 6 avril 2024

 La compagnie du Hibou Argenté : 

  •  Annasthéa Serindë, l’archère arcanique cherchant à faire renaître le vieux royaume de la Haute Forêt,   
  • Quine Holimion la Prêtresse de Corellon Larethian,
  • Lotharo Siannodel, le chantelame en quête de savoir
  • Calidor Eaucalme le barbare qui cherche à protéger le monde des lapins garous
  • Snaefried Ombreuse, seule non-elfe du groupe, une humaine roublarde des quartiers chauds de Solaun qui suit la compagnie en recherche de richesses.

Xethych le Décati



Le groupe poursuivit sa route vers la direction du vortex nécrotique. Il déboucha dans une petite pièce remplie de statues sculptées à même la pierre du mur. Quine se pencha pour les examiner : il s’agissait du panthéon nain et de différents héros de leur mythologie.

« C’est étrange » dit la prêtresse. « Regardez cette statue n’est pas sculptée dans le mur »

Lotharo s’avança pour voir de plus près et repéra un loquet. Il l’actionna, entraînant l’ouverture d’une porte secrète dans le mur.

« Hé hé » s’exclama Snaefried. La roublarde s’enfonça prudemment dans le passage.

Un court tunnel mena à une pièce de taille moyenne, comportant un unique sarcophage de pierre richement décoré. L’atmosphère de la pièce était étonnamment paisible.

« C’est une tombe de roi… ou d’un héros très célèbre à tout le moin » souffla Lotharo en examinant le sarcophage. « Ici git Dhralin le Tueur de Géant » poursuivit-il après avoir lu les glyphes.

« On pourrait l’ouvrir » proposa Snaefried.

« Je m’y refuse ! Je ne profanerai pas le tombeau d’un héros du bien « objecta Quine.

« Ok. » Snaefried n’insista pas. Comme pour la tombe royale elle avait déjà décidé qu’elle pillerait tout ça plus tard.

Le groupe sortit de la pièce et poursuivit dans le couloir jusqu’à une grande porte double en bois solide. De cette porte émanait le pouvoir nécrotique qui alimentait la barrière.

Snaefried crocheta la serrure et le groupe l’ouvrit à la volée avec fracas.

La pièce circulaire était visiblement le sanctuaire de la nécropole. Au centre, une plate-forme contenant une statue détruite de Moradin abritait le portail. Une corniche circulaire de trois mètres de haut contenait des focaliseurs qui en drainait l’énergie pour l’envoyer vers la barrière. Autour du portail, le tyrannoeil mort-vivant flottait. Il était accompagné d’un ogre, de deux nécrophages et d’archers squelettes.

Sans attendre Calidor poussa un cri de rage et se jeta sur l’ogre. Le tyrannoeil réagit immédiatement en le ciblant d’un rayon irisé qui affaiblit le barbare. Annasthea tenta une salve aveuglante sur le tyrannoeil mais dans la confusion elle échoua complètement. Un second rayon de terreur cette fois, frappa Snaefried qui se retrouva terrifiée et incapable d’agir. Lotharo entra à son tour et avisa un crânefeu en train d’incanter. Il reconnut immédiatement une boule de feu et lança un contresort. Mais ce faisant il constata avec horreur que le tyrannoeil  le fixait de ses yeux voilés et un rayon pourpre jaillit. Avec une dextérité incroyable motivée par la peur de finir désintégrer, le danselame esquiva de justesse l’attaque et se téléporta droit sur le crânefeu pour le réduire au silence.

Quine invoqua les esprits gardiens et qui détruisirent deux squelettes. Calidor rendit coup pour coup avec l’ogre et les nécrophages. L’un d’entre eux s’approcha imprudemment de Quine et finit massacré par les esprits gardiens.

Xetych lanca un second rayon sur Lotharo qui cette fois se mit à trembler de peur. Il parvient tout juste à lancer une aspersion d’acide sur l’ogre en reculant pour s’éloigner du tyrannoeil. Ce dernier continua d’affaiblir Calidor qui encaissa une avalanche de coups. L’un des nécrophages s’aprêtait à absorber son énergie mais Lotharo, malgré sa terreur parvint à incanter un bouclier pour réduire les dégâts. Surmontant finalement son effroi, le magelame vint à la rescousse de Calidor et abattit l’ogre.

Annasthea prit une volée de flèches mais elle riposta avec fureur détruisant deux squelettes, avant que l’un des nécrophages ne se jette sur elle et ne la blesse de sa lame.

L’archère arcanique tituba mais Quine se jeta dans la pièce et incanta un sort de soin pour la remettre d’aplomb.

Libéré de l’ogre, Calidor creva un œil du tyrannoeil avec son arc. Il fut lui-même surpris de son exploit. Dans la foulée, Snaefried se libéra de sa peur et envoya un tir mortel sur Xetych mais ce dernier ne chut pas. Lotharo massacra le nécrophage. Annasthea se déchaîna sur le tyrannoeil mais ce dernier ne tombait toujours pas, Lotharo sortit son arc mais malgré des tirs réussis n’obtint pas plus de succès. Finalement alors que la créature s’apprêtait à tirer un nouveau rayon dévastateur, la lame de Corellon Larethian invoquée par Quine apparut devant lui et creva l’œil central provoquant enfin la chute de Xetych.

« Eh bien ce fut moins une que je ne sois transformé en tas de cendres » s‘exclama Lotharo en soufflant.

Le groupe était en piteux état et ils décidèrent de laisser le portail ouvert pour ne pas donner l’alerte. Après un repos dans la salle secrète du tombeau, nos amis détruisirent les focaliseurs et aidèrent Lotharo à refermer le portail.

« La barrière devrait être désactivée maintenant » dit le danselame.

« Alors allons y sans attendre ! «  cria Annasthéa.

 

Le Palais Royal



Le groupe déboula hors des cryptes et se précipita vers le palais royal. Le parvis de celui-ci avait déjà été renforcé par une garde après que le massacre du temple ait été découvert, mais les nécrophages et squelettes présents ne firent pas le poids face à la compagnie qui se fraya un chemin jusqu’aux portes de l’édifice.

« Hum. Un sortilège de verrouillage. Je ne peux rien faire. » Murmura Snaefried.

« Moi si. » Répondit Quine en s’avançant. « Oh Corellon !  Viens nous en aide ! » Elle incanta un sortilège et concentra tous ses pouvoirs. Pendant un instant ses compagnons virent les traits de son visage tendus par la douleur tandis qu’elle luttait contre le pouvoir de Skarnix. Mais finalement le givre ensorcelé finit par disparaître de la grande porte d’airain.

« Bien joué ! » cria Lotharo admiratif.

Le groupe ouvrit la porte.

Il entra dans une grande salle soutenue par quatre colonnes. De l’autre côté de celle-ci se trouvait un escalier menant à l’intérieur du palais. Mais ce qui attira immédiatement l’attention de nos compagnons étaient les ossements d’un imposant dragon. Alors qu’ils firent quelques pas dans la pièce, une lueur bleutée irisa les globes occulaires vides de la créature qui, dans un nuage de poussière, se redressa pour leur barrer la route.

« Oh oh. » murmura Snaefried.

« Je vais le détruire ce sac d’os !!! » hurla Calidor en se jetant sur le dragon dans une rage folle.

Une fois encore sa rage produisit une perturbation magique et cette fois c’est à nouveau le lapin en smoking qui apparut pour exploser sur le dragon, sans le ralentir d’un pouce. Annasthea fit feu, causant des dégâts à la créature, mais elle semblait tout simplement ne pas ressentir les coups. Calidor s’acharnait comme un beau diable mais le dragon l’attrapa dans sa gueule et le lança directement sur Annasthea. Le duo se cogna violemment à un mur de la pièce.

Lotharo tenta de réagir mais la queue osseuse du reptile mort vivant le fit chuter. La créature tenta de trancher le danselame avec ses griffes mais l’agile elfe esquiva l’attaque d’une roulade. Se retrouvant sous le ventre du dragon il se déchaîna causant enfin des dégâts visibles. Perturbé, le dragon ne vit pas venir le tir vicieux de Snaefrid qui creva un de ces yeux irisés.

Semblant enragé, la créature se redressa et souffla des vapeurs empoisonnées qui causèrent des dégâts au groupe. Seul Snaefried y échappa. Heureusement, la bénédiction invoquée par Quine réduisit l’efficacité du souffle. Annasthea se releva et tira à nouveau mais un second souffle suivit. Le groupe était mal en point et Quine dû en appeler à ses pouvoirs de guérison.

Le dragon lui ayant tourné le dos, Snaefried fit à nouveau mouche et causa des dégâts importants de son arbalète magique. Mais cette fois, le dragon ne la laissa pas s’en tirer à si bon compte.

Il s’avança vers la colline où la roublarde s’était caché et l’agrippa avant de la lancer sur Lotharo. Calidor se jeta à nouveau sur le dragon pour attirer son attention. Le barbare incanta un nouveau lapin explosif. Le béhémoth chancelait.

« Que quelqu’un fasse quelque chose bon sang !!! » Cria Calidor.

« On aimerait bien » grommela Snaefried qui avait douloureusement heurté un mur avec Lotharo. Les deux étaient encore sonnés.

Annasthea s’était fait discrète en se replaçant derrière un pilier et visa avec soin. Son tir magique fit mouche et perça le second œil de la créature qui s’effondra finalement avec fracas.

« C’était juste » souffla Calidor.

Quine se précipita pour vérifier l’état de chacun.

« Je crois que j’ai besoin de souffler un peu » dit Lotharo en grimaçant de douleur.

Pendant que le groupe reprenait son souffle, Calidor s’avança vers la porte du palais intérieur et l’ouvrit.

Une fois tout le monde d’attaque, le groupe s’avança.

La porte intérieure s’ouvrit sur un couloir de quelques mètres donnant sur un croisement en croix.

Il était évident que la source colossale de pouvoir magique émanait de la porte située au fond du couloir tout droit.


Le combat final



« On pourrait d’abord fouiller … » Commença Snaefried.

« NON ! » s’écrièrent les autres en chœur.

La roublarde n’insista pas.

Calidor incanta une détection de la magie. Il repéra rapidement une source de magie sur cette dernière, un piège très certainement.

Tout le monde se tourna vers la voleuse qui soupira en s’avançant.

« Et voilà ! » s’écria Snaefried après avoir effacé le glyphe.

Sans attendre,  la compagnie du Hibou poussa la porte et fonça dans la salle.

C’était une immense salle, autrefois la majestueuse salle du trône de Drulnovar. Désormais c’était devenu le laboratoire de Skarnix. Des étagères contre le mur contenaient des parchemins et des livres. Des tables étaient dispersées dans la pièce, recouvertes de parchemins, de notes, de composants et d’artefacts. Des plates formes qui avaient sans doute accueilli des statues supportaient désormais des focaliseurs arcaniques robustes qui tournaient à plein régime et formaient deux rangées amenant à une volée de marches. Cette dernière amenait à une plateforme au-dessus de laquelle lévitait Azal Skarnix. La liche était entourée d’une bulle arcanique bleutée dont elle semblait se gorger du pouvoir.

Une voix désincarnée résonna dans la pièce semblant venir de toutes les directions à la fois.

« Il est trop tard ! Vous ne pouvez plus rien ! »

Lotharo fronça les sourcils et balaya la pièce du regard.

« Il faut détruire les focaliseurs » cria-t-il aux autres.

Calidor opina du chef, il sortit sa potion de force de géant et la but avant de faire un bond prodigieux en l’air sur le pilier le plus proche.

« Haha !! »

Snaefried épaula son arbalète, mais la liche avait deviné leur intention et un mot de pouvoir retentit, paralysant la roublarde sur place. Des fantômes de magie, sortes de silhouettes brumeuses sortirent des focaliseurs pour les attaquer. On pouvait discerner les visage tordu de douleur des victimes de la guerre.

Annasthea réagit à son tour et abattit 3 fantômes. Quine incanta une bénédiction.

En riposte 3 rayons de givres sortirent de trois focaliseurs blessant l’archère arcanique, Quine et Snaefried.

Pendant ce temps, Calidor, enragé, frappait comme un sourd son focaliseur qui semblait sur le point d’éclater.

Lotharo incanta une foulée ombreuse et se téléporta sur un autre pylône qu’il commença à endommager. Les âmes errantes se jetèrent sur eux pour tenter de les arrêter mais sans succès.

Quine incanta une arme spirituelle pour frapper le même pylône que Lotharo et sortit son symbole sacré pour en appeler au pouvoir de Corellon Larethian. Le renvoi exorcisa trois des âmes tourmentées. Mais d’autres sortaient régulièrement des focaliseurs.

« Il faut qu’on les détruise vite sinon nous seront submergés ! » hurla la prêtresse.

« J’y travaille ma vieille » Lui répondit Calidor en explosant enfin un focaliseur dans une gerbe d’éclats de cristal « Youhou et de un ! »

Ni une ni deux, il élimina un fantôme et bondit sur un autre focaliseur qu’il pulvérisa d’un coup critique.

« Et de deux !! Cette potion est géniale !!! » hurla-t-il.

Skarnix lança un projectile magique à travers un focaliseur sur Lotharo, mais le danselame le contra avec un bouclier.

Un rugissement de frustration résonna dans la pièce.

« Vous êtes des insectes !!!! Je vais vous écraser.»

Deux rayons frappèrent Calidor qui fut givré et ralenti. Pendant ce temps, Snaefried était toujours paralysée par le maléfice. La liche continuait de déchaîner ses sorts via les focaliseurs restant : deux nouveaux projectiles frappèrent Quine qui serra les dents et continua.

Annasthea déchaîna ses meilleures flèches arcaniques sur un focaliseur, utilisant son sursaut pour le faire finalement exploser.

« Et de trois ! » s’exclama l’archère arcanique tandis qu’elle s’attaqua à un autre cristal et détruisit une autre âme errante.

Lotharo se déchaîna pour terminer de détruire son focaliseur, juste à temps pour parer un nouveau projectile magique avec un bouclier.

« Et voilà le quatrième » ricana Lotharo.

Trois nouvelles âmes attaquèrent et blessent Quine, Annasthea et Calidor tandis que deux vicieux projectiles magiques frappèrent la prêtresse qui garde sa concentration. Ils se débarrassèrent des apparitions avant de continuer.

Malgré le givre Calidor parvint sur un autre focaliseur et s’acharna dessus jusqu’à le détruire.

« Et de cinq ! »

La liche faisait son possible pour ralentir les aventuriers mais un tir fusa soudain du fond de la pièce pour faire exploser le dernier focaliseur de Skarnix.

Snaefried avait surmonté le sortilège et avait visé avec précision.

« Six. » Murmura-t-elle simplement avec un sourire satisfait.

Le dernier rayon qui alimentait la bulle d’énergie autour de Skarnix avait été coupé, et cette dernière s’étiola lentement tandis que la liche retombait doucement sur le sol de la plateforme.

« Vous… Vous avez fait échouer mon rituel !!! Mais ce n’est rien. Je vais vous éliminer moi-même et je recommencerai. J’ai l’éternité devant moi » La colère pouvait s’entendre dans la voie de Skarnix dont les yeux brillaient d’un éclat bleu vif.

Sans attendre, il tendit la main vers Quine et deux rayons de givre percutèrent la prêtresse qui hurla de douleur. Dans la foulée, la liche se téléporta sur une des plateformes qui avaient accueillit les focaliseurs, hors de portée de ses ennemis.

« Prends ça ! » Rugit Annasthea en tirant une volée de flèches arcaniques.

Les tirs surprirent Skarnix qui n’eut pas le temps de se protéger et fut frappé de plein fouet.

« Vous allez regretter ceci » Dit froidement la liche.

Le haut mage incanta un sort et une boule de feu explosa au milieu du groupe plongeant les compagnons dans les flammes. Nos amis étaient désormais gravement blessés. Mais ce n’était pas tout puisque deux rayons de givre fusèrent, l’un frappa Annasthea qui s’effondra inconsciente, le second manqua Quine d’un cheveu.

Snaefried incanta le zéphyr et se mit à voler. Elle décocha un tir sur la liche, mais cette dernière contra d’un bouclier.

« Enfoiré ! » Pesta-t-elle.

Un autre rayon de givre frappa Calidor qui vit à nouveau ses jambes de raidir.

« Aaaarghh J’en ai assez de tes tours !!!!!! »

Tout à ses manœuvres, la liche n’avait pas assez prêté attention à Lotharo qui s’était hissé sur son pilier pour déchaîner ses coups sur lui. L’attaque causa des dégâts et la liche dû se téléporter en catastrophe sur un autre pilier. Voyant Calidor avancer sur elle, elle le frappa d’une flèche acide, mais le barbare elfe, sa rage décuplée après avoir vu Annasthea tomber, ne semblait rien sentir.

Snaefried tenta un nouveau tir, mais là encore son carreau vint heurter un bouclier magique.

« Bon sang !» Ragea la roublarde.

Ils étaient tous très mal en point. Annasthea était tombée, Quine chancelait, Calidor était ruisselant de sang même s’il feignait de ne rien sentir. Elle n’était elle-même plus en très bon état. Seul Lotharo avait encore des ressources, mais il n’y arriverait pas seul.

« Debout petite sœur ! On a besoin de toi ! » Dit Quine en incantant un soin pour relever Annasthea tout en jetant des regards inquiets à Lotharo et Calidor.

L’archère arcanique ouvrit les yeux et après quelques secondes de confusion, se ressaisit et attrapa son arc.

« Ce n’est pas fini ordure ! » maugréa-t-elle en se metant à genoux et en visant.

Encore tremblotante, elle parvint cependant à ajuster son tir et à toucher la liche qui rugit de colère.

Furieux, Skarnix lui lança deux rayons de givre qu’elle ne put esquiver et qui l’envoyèrent rouler à trois mètres sous les cris d’horreur de Quine.

« NOOOOOOOOON ! » Hurla Calidor en voyant cela. Le barbare bondit avec force sur le pilier et se déchaîna sur Skarnix qui ne put esquiver ses coups et qui commença à chanceler sous une telle violence.

Mais les forces du barbare n’étaient pas éternelles. La liche parvint à se ressaisir et agrippa le barbare qui sentit ses dernières forces sur le point d’être absorbées par le contact glacial de son adversaire. Calidor serra les dents et se battit de toutes ses forces pour résister et il repoussa finalement la liche à la grande surprise de cette dernière.

« C’est… C’est impossible ! »

Respirant bruyamment Calidor le fixait avec un sourire mauvais.

Lotharo arriva à son tour à grimper sur le pilier. La liche se sentit acculée, mais la proximité de ces deux ennemis lui en avait fait oublier un troisième tout aussi mortel. Un carreau se ficha dans son crâne le fendillant de l’œil au sommet, faisant choir sa couronne et libérant des effluves de magie bleutée.

Snaefried venait de réaliser un tir d’une précision inouïe depuis le fond de la salle.

Un instant les compagnons pensèrent en avoir fini mais la liche se rétablit. Calidor et Lotharo se préparèrent à bondir mais la liche aurait le temps de lancer sont sort de téléportation et de leur échapper.

« Il faut… » le discours de Lotharo fut brutalement interrompu. Une zone de silence venait d’environner la liche et tout le pilier. D’abord incrédules, ils se tournèrent vers Quine qui affichait un sourire sardonique qui ne lui était pas familier.

« Oh non pas cette fois ! Nous t’avons assez entendu. » cria la prêtresse à l’adresse de la liche.

Skarnix fut complètement prit au dépourvu et ses yeux vides semblait regarder autour de lui dans une totale confusion. Il n’avait visiblement pas prévu cela.

Sans lui laisser le temps de réagir, Calidor bondit sur lui et le renversa. Il déchaîna sa fureur jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien du crâne de son adversaire. A ce moment, une explosion magique fit chuter Lotharo et Calidor tandis que la magie du lieu semblait aspirée dans un vortex qui apparut au plafond.

La Compagnie du Hibou venait de triompher. La Haute Forêt était sauvée, le règne de Skarnix touchait à sa fin.

La fouille du palais par nos compagnons permis de retrouver, outre le trésor perdu de Drulnovar qui emplit de joie Snaefried, un bâton à tête de hibou que Lotharo identifia comme celui dépeint sur la fresque de la tombe d’Hestia.  Un sort d’identification confirma qu’il s’agissait du phylactère de la liche. Sans attendre, le danselame pratiqua le rituel permettant de détruire ce dernier et de bannir définitivement la liche.

La compagnie pouvait enfin souffler tandis que les effluves nécromantiques s’évaporaient de Drulnovar ainsi que de toute la Haute Forêt.

 

EPILOGUE



La chute de Skarnix avait précipité celle de ses serviteurs. L’armée coalisée de Solaun et des elfes dirigés par Dornil avait fini par triompher de l’ennemi.

Le prix à payer avait été lourd. Nombre d’elfes étaient morts lors de cette terrible épreuve. Mais ils étaient désormais unis sous la bannière d’un seul roi : Dornil. Solaun avait également une reine désormais et s’avéra une souveraine sage.

La paix était revenue dans la région.

Cela faisait 4 ans maintenant.

Lotharo balaya de son regard la ville qui s’étendait sous ses yeux. Depuis la fenêtre de la plus haute tour du manoir de Gardecîme qui lui avait été octroyé par la reine, il avait une vue imprenable sur la cité de Solaun.

Le temps était frais, un temps d’automne, une légère pluie sous un ciel nuageux mais assez de clarté tout de même. Il faut dire qu’il sortait peu durant la journée. Il travaillait davantage la nuit et se levait tard en journée.

On toqua à la porte et son serviteur l’informa de la présence d’une visiteuse. Il fit signe de la faire monter puis retourna à la contemplation de la ville.

« Bien le bonjour Messire Siannodel. » fit une voix familière qu’il n’avait pas entendu depuis un moment. 

« Quine ! Cela faisait longtemps. Que me vaut l’honneur de la visite du pontife de Corellon ? » Un sourire se dessina sur le visage de Lotharo tandis qu’il s’avançait pour étreindre la prêtresse.

« Tu es magnifique ! » la complimenta-t-il.

Quine rougit.

« Merci. Je suis de retour à Solaun pour les affaires du temple. Mais je voulais te rendre visite si tu as du temps à m’accorder bien sûr. »

« Quelle question ! Viens, allons nous installer au salon » dit Lotharo en faisant signe au majordome d’apporter des rafraîchissements.

La camaraderie du bon vieux temps revint instantanément et après quelques banalités ils en vinrent rapidement à échanger sur leurs vies respectives et le passé glorieux.

« Tu as fait du chemin. Conseiller de la Reine, Chef des mages de guerre. Je suis fière de toi. » Dit Quine.

« Oh ce n’est pas grand-chose, je ne conseille plus à plein temps et j’ai formé assez de bons élèves pour pouvoir déléguer. Toi en revanche, devenir Pontife, ça c’est un vrai aboutissement. » Répondit Lotharo

« Mes pairs m’ont fait confiance pour exercer cette lourde responsabilité. C’était un rêve en effet, un honneur, mais cela m’oblige également. » 

« Bah toujours de la modestie mal placée ! Assez de cela : tu le méritais amplement ! Que viens tu faire en ville ? » 

« Je viens pour engager la construction du nouveau dispensaire dans les docks. Les nécessiteux en auraient bien besoin.  En tout cas c’est un bien bel endroit que ce manoir. Un cadeau de la reine ? »

« En partie oui. J’y ai investi un peu de mes deniers personnels et j’ai emprunté un peu d’argent à Snaefried en échange de lui laisser faire ses petites affaires dans le tunnel au sous-sol.

« Ah oui je me souviens de ce tunnel oui. Un endroit parfait pour notre Snaefried. Comment va-t-elle ? » Demanda Quine

« Oh parfaitement bien tu t’en doute. Elle a évincé Vance pour devenir la chef de la guilde des voleurs et les affaires tournent pour elle. En plus avec son mariage avec Sorgau elle a développé son petit commerce outre-mer.

« Ils vont bien ensemble ces deux-là. » Remarqua Quine. 

« Tu es descendue au Hibou ? » Demanda Lotharo

« Oui. L’habitude. Mais ce n’est plus pareil sans le reste de l’équipe. C’est Martine qui gère la boutique au nom de Snaefried. C’est beaucoup plus chic et je ne paye pas la chambre mais… il faut bien dire que l’atmosphère n’est plus la même. » Répondit Quine.

« Tu aurais dû venir me voir tout de suite, je t’aurais fait préparer une chambre ici, je n’en manque pas. » Dit Lotharo.

« Oui…. Je n’osais pas, je…. Je n’étais pas sûre que tu sois là en plus. Mais…. Enfin … Oui, avec plaisir la prochaine fois. » Bafouilla la prêtresse.

« Des nouvelles d’Annasthéa ? » Demanda Lotharo.

« Je l’ai revue récemment lors de mon séjour dans la Haute Forêt. Elle est très impliquée dans la reconstruction du royaume. C’est devenu le bras droit de Dornil tu sais. Il se chuchote même que cela pourrait être plus que cela. Mais rien d’officiel. » Chuchota Quine étonnée elle-même de sa propre audace en colportant une rumeur.

« Oui je l’ai entendu dire. Il y a eu les mêmes rumeurs il y a deux ans lorsque la cour elfique est venue à Solaun sur une potentielle liaison avec Lord Drystan, mais je crois que notre soeurette reste définitivement un cœur d’artichaut dans lequel il n’existe que la Haute-Forêt ». Abonda Lotharo avec un air de conspirateur.

Ils éclatèrent tous deux de rire.

« Et toi, as-tu eu des nouvelles de Calidor ? » relança Quine.

« Oh oui régulièrement. On travaille ensemble en fait… Enfin si on veut. Tu connais son obsession pour les lapins garous ? » dit Lotharo.

« Oui je sais qu’il arpente la Haute-Forêt pour les chasser et qu’il s’est taillé une certaine réputation dans le domaine. On l’appelle « LE CHASSEUR » mais je ne l’ai jamais croisé. Qu’est ce que tu as à voir dans son délire ? » Demanda la prêtresse.

« Oh eh bien, je le renseigne quand je pense avoir des informations qui peuvent l’aider dans sa quête voilà tout. Il m’arrive parfois d’en avoir. » Répondit Lotharo.

« Tu ne devrais pas l’encourager là-dedans. Il pourrait faire autre chose, quelque chose de moins dangereux. » Dit Quine.

« Certes, mais c’est son choix de vie, il aime cela, qui sommes nous pour lui dire ce qu’il doit faire » répondit le danselame.

Quine opina en fixa sa tasse, cherchant ses mots.

« En tout cas je suis contente de voir que toi tu sembles guéri. Tu as repris du poil de la bête et tu as des activités saines. Ce que tu fais pour Solaun est important. »

Lotharo sourit mais ne répondit pas.

Un silence se fit.

« Bien. Je ne vais pas te déranger plus longtemps. Le voyage m’a beaucoup fatigué et je dois encore passer voir Talindra au temple. Demain j’essayerai de rencontrer Snaefried pour qu’elle nous prête peut être de l’argent. » Déclara Quine.

« Méfie toi des petits caractères dans le contrat. » Lâcha Lotharo

Les deux amis furent pris d’un four rire.

Quine se leva.

« Je vais prendre congé, ça m’a fait du bien de te revoir. La compagnie me manque. Quand je passe à l’auberge du Hibou je pense toujours à nous. »

« Moi aussi cela me manque parfois » Répondit Lotharo, étonnamment sentimental.

Il raccompagna son amie à la porte du salon. Quine se tourna.

« Bon, je repasserai te voir un autre jour. » Elle prit Lotharo dans ses bras et le fixa. Leurs visages n’étaient qu’à quelques centimètres l’un de l’autre.

Un flottement s’installa.

« Je… Je suis contente que tu ailles bien. » Déclara finalement Quine en détournant la tête.

La prêtresse prit congé et referma la porte.

Lothrao se rassit et prit une coupe de vin qu’il fit tourner dans sa main tout en fixant l’onde dans le verre. 

Il leva ensuite la tête vers la porte.

« Oh ne t’inquiète pas petite sœur. Tout va très bien. »

Un sourire énigmatique s’afficha sur son visage tandis que ses yeux prirent soudain la couleur d’un ciel étoilé.

« Car après tout, ce qui était deux est devenu trois pour devenir un. »


 

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Black Powder : Rocourt 1746

Nous nous sommes réunis samedi dernier avec mon groupe de joueurs pour le Douzième Grand Format ! Une bataille du 18ème siècle à Black Powde...